[Repost] L'hiver c'est pour les Corps

lundi 10 février 2020


Publié le seize décembre, deux-mille-dix-neuf.

Pourquoi n'écris-tu pas l'hiver?

Ce n'est pas que je n'écris jamais l'hiver. Mais je ne corrige rien. Je griffonne des notes sur mon poignet, ma table de chevet. Les croquis feutres d'un peintre, si tu veux. Je fais ma palette. Je ne peux faire plus. L'hiver est déjà un repli sur soi. Ça me mets trop dans ma tête. L'hiver, c'est pour les corps. La musique, la danse, le sexe, le sport. Pas l'écriture. L'écrit viens avec le dégel. C'est comme Cohen disait du printemps montréalais. L'épaule nue d'une fille en camisole.

“In Montreal spring is like an autopsy. Everyone wants to see the inside of the frozen mammoth. Girls rip off their sleeves and the flesh is sweet and white, like wood under green bark. From the streets a sexual manifesto rises like an inflating tire, “the winter has not killed us again!”

— Leonard Cohen. Beautiful Losers

Écrire te déshabille?
Écrire, c'est tenter de se rapprocher le plus possible de l'os. 



Couverture: Hendrick Avercamp. Scène sur la glace. c. 1625. National Gallery of Art, Washington. [Non-exposée]

Publier un commentaire

Fleurs Bleues © . Design by Berenica Designs.